Chaque fois que tu t'es sauvée
J'ai pas du tout arrêté de boire
J'ai jamais arrêté de me voir
Comme un Bibendum naufragé

À chaque fois que tu t'es tirée
J'ai tout juste arrête d'y croire
Mais y a un truc, ça tu peux me croire

J'a un peu arrêté de baiser
Non mais c'est vrai ça, quand tu te tires
Est-ce que tu peux me dire
Qui tu veux que je tire

Non mais c'est vrai quoi, pour finir
Moi qui t'aime comme un bourricot
Je peux pas me sentir beaucoup plus con
Je barris dans mes coquelicots

Pauvre petit futur saucisson
Moi qui t'aime comme un dromadaire
Qu'on aurai chargé d'une marquise
Elle lui fout le feu au derrière

Et l'envoie chier sur une banquise
Moi qui t'aime comme un gardon
Qui tourne en rond dans un Canadair
Il sait pas qu'il va au charbon

Il pansait juste s'envoyer en l'air
Moi qui t'aime comme le hérisson
Qui voulait tellement être heureux
Mais chaque fois, chaque fois, le grand frisson

Ça finit sur une brosse à cheveux
Non mais c'est vrai ça, quant tu te tires
Est-ce que tu peux me dire qui tu veux que je tire
Non mais c'est vrai quoi pour finir

Moi aussi je me tire une balle dans la peau
Reviens voir la décoration
Y'a des vieux journaux par terre
Y a des larmes dans la poussière

Et ton gars pendu au plafond
Non mais c'est vrai ça, quant tu te tires
Est-ce que tu peux me dire qui tu veux que je tire
Non mais c'est vrai quoi pour finir
Moi aussi je me tire sur le haricot

 

QUAND TU TE TIRES

SARCLO

 

 



 

retour au sommaire

modifié le 10 février 2013