Et je bois

 

Yves Trudel

 

 

 

 
 

 

 

Et je bois
Assis, le cou tordu
Sans manière
Il n'y a plus de geste.
Je n'entends plus aucun baiser
Au bas de ma fenêtre
Pourquoi faire.

Et je bois
La main fermée
Jambes et pieds perdus
Il n'y a plus de geste
Au cœur du rêve
Un éclat de voix
Un trou noir
Souterrain à mes yeux.

Et je bois
J'enterre mes mains
Pour le bon et le mauvais.
J'enterre le ciel
Pendant qu'il s'enfuit
Au coin de tes genoux
Qui ne sont plus là.

J'aurais dû t'aimer
Ou peut-être que oui.
J'aurais dû ne jamais
Vivre au bord de la vie.
Les lèvres du doute
Qui sèchent comme une fumée
Tendre tendre si bas.

Et je bois
Pour la vie mauvaise
Qui m'enjambe
Et tu vois
Tout est pareil
Sauf toi.

lundi 14 avril 2008